IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

 

QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES

 

1. QUESTION: Nous utilisons dans notre service du toluène. Ce produit est-il classé CMR ?

REPONSE: Oui, le toluène est un solvant CMR. Il est classé R3 ce qui signifie:Reprotoxique de catégorie 3. (Reprotoxique = toxique pour la reproduction).

Définition des produits classés en catégorie 3 (cancérogène C3, ou mutagène M3 ou reprotoxique R3):

Substances préoccupantes pour l'homme en raison d'effets cancérogènes (ou mutagènes ou reprotoxiques) possibles mais pour lesquelles les informations disponibles ne permettent pas une évaluation satisfaisante (preuves suffisantes). Il existe des informations issues d'études adéquates sur les animaux, mais elles sont insuffisantes pour classer ces substances dans la catégorie 2.

Néanmoins, ces présomptions sont importantes.

IMPORTANT. Pouvez-vous nous dire dans quelles conditions, vous utilisez le toluène?

 

2. QUESTION:Y-a-t-il une différence entreAPMP et les autres associations de défense des victimes. Je pense notamment aux associations de défense des victimes de l'amiante?

REPONSE: La différence, selon nous, est très importante puisque notre volonté "première" est d'empêcher l'apparition des maladies professionnelles liées, notament à l'utilisation des solvants.

Bien sûr, nous interviendrons au soutien des intérêts des victimes adhérant à notre association, malheureusement déjà atteints par une telle maladie; néanmoins nous voulons d'abord éviter que les salariés "tombent malades". Il nous semble en effet,qu'il est préférable de ne pas être victime plutôt que d'être une victime indemnisée; surtout quand le fait d'être victime revient à être dans de nombreux cas: condamné à mort.

 

3. QUESTION: Dans l'un de vos éditoriaux, vous nous dites que l'administration ne sanctionne pas les contrevenants, en parlant des employeurs.Cà m'étonnerait que les fonctionnairesne sanctionnent pas les patrons.

REPONSE: Nous devons malheureusement vous confirmer que l'administration ne sanctionne pas les employeurs qui ne respectent pas ces décrets qui pourraient éviter toutes ces maladies; maladiesqui, au passage, nous obligent à consommer tropde médicaments.

A celà, nous y voyons plusieurs raisons:

- Une pression des syndicats patronaux ne saurait être étrangère à ce que nous appellerons cet abandon de poste!

- L'état lui-même (le plus gros employeur du pays) ne respecte pas, lui non plus, ces décrets qu'il a pourtant publiés ! Renseignez-vous et vous constaterezque les salariésdes entreprises d'état, tellesque dans les DDE, au Ministère de la Défense, au Ministère de l'Intérieur, au Ministère des Transports, à l'Education nationale tels que les lycées professionnels (un comble, car dans ce cas, ce ne sont pas les salariés mais nos enfants qui sont exposés aux solvants), sans oublier les salariés des hôpitaux et des services techniques des ateliers municipaux ( à l'aube de nouvelles élections municipales ),"ont à subir les effets des solvants"

- Ceux, que l'on appelle les partenaires sociaux, nous pensons bien évidemment aux syndicats ouvriers (CGT, FO, CFDT... ) contribuent, par leur silence complice, à entretenir ces comportements indignes et criminels.

 

4. Vous nous apportez beaucoup d'informations, mais c'est pas çà qui va nous dire ce qu'on peut faire et surtout comment.

REPONSE: Rassurez-vous, vous n'avez rien à faire, si ce n'est que de nous informer de votre problème. Nous avons besoin de savoir dans quelle entreprise vous travaillez, le nom duou des solvantsqu'on vous fait utiliser et comment vous devez les utiliser. Nous nous chargeons du reste.

Quant aux informations que nous vous délivrons, il nous semble qu'elles se justifient par le fait que peu de gens les connaissent et surtout pour que vous sachiez tous les droits que vous avez, contrairement à ce que vous pouvez penser.

 

5. QUE PENSEZ-VOUS DU PERCHLO ?

REPONSE: Le perchlo, en réalité: perchloroéthylène ( ou encore tétrachloroéthylène ) est un hydrocarbure halogéné.

Ce solvant chloré est utilisé dans le nettoyage à sec de vêtements, dans le nettoyage et le dégraissage des pièces métalliques, dans l'extraction des huiles et des graisses; c'est aussi un diluant pour les peintures et les vernis. Tels sont ses principaux domaines d'utilisation.

Dans les conditions normales d'utilisation, il est ininflamable. Il a un bon pouvoir solvant, c'est-à-dire:c'est un bon dégraissant et il est doté d'une vitesse d'évaporation satisfaisante (asez rapide).

Il est accompagné en terme d'étiquetage de deux phrases de sécurité (S) et d'une phrase de risques (R). En l'occurence:

S23 Ne pas respirer les vapeurs

S36 et 37 Porter un vêtement de protection et des gants appropriés

R40 Possibilité d'effets irréversibles

Dans les faits, pour de nombreux scientifiques, ce solvant devrait d'ores et déjà être classé CMR. A n'en pas douter, il le sera un jour... quand le lobbying s'essoufflera.

Des études ont été menées en Grande Bretagne sur ce solvant. Elles établissent un taux anormalement élévé d'avortements spontanés (fausses couches) chez les femmes qui y sont exposées dans leur travail.

 

6.QUESTION: J'ai entendu dire qu'un solvant pouvait s'enflammer, sans le mettre au contact d'une flamme ou d'une étincelle. Est-ce possible ?

REPONSE: C'est malheureusement vrai. C'est ce que l'on appelle: l'effet de Stern (plus communément appelé: phénomène d'électricité statique).

Ce phénomène se produit lorsque l'on prélève ou rajoute du solvant dansun fût. En changeant de niveau, il y a un effet de frottement du solvant sur la paroi métallique du fût. Il s'en suite une production diffuse de ions+ (= ion de charge électrique positive) et deions- (= ion de charge électrique négative de part et d'autre de la paroi métallique; le métal étant un conducteur de l'électricité, celà aboutit, si vous nous permettez l'expression au "clash".

Dans la réalité, tout fût ou tout tonnelet de solvant devrait être relié à la terre pour empêcher ces phénomènes. Vous pouvez vérifier que la mise à la terre est la procédure à respecter, en regardant un camion citerne remplir les cuves d'une station essence. Il y a mise à la terre.

 

7. QUESTION: Pouvez-vous me dire la différence entre les catégories 1, 2 et 3 pour les produits reconnus CMR ?

REPONSE:

CATEGORIE 1: Substances que l'on sait cancérogènes pour l'homme. On dispose de suffisamment d'éléments pour établir l'existence d'une relation de cause à effet entre l'exposition de l'homme à de telles substances et l'apparition d'un cancer. Ces substances sont étiquetées R45ou R49.

CATEGORIE 2: Substances devant être assimilées à des substances cancérogènes pour l'homme. On dispose de suffisamment d'éléments pour justifier une forte présomption que l'exposition de l'home à de telles substances peut provoquer un cancer. Cette présomption est généralement fondée sur:

- des études appropriées à long tere sur l'animal

- d'autres informations appropriées

Ces substances sont étiquetées R45 ou R49.

CATEGORIE 3:

Substances préoccupantes pour l'homme en raison d'effets cancérogènes possibles, mais pour lesquelles les informations disponibles ne permettent pas une évaluation satisfaisante (preuves insuffisantes). Il existe des informations issues d'études adéquates sur les animaux, mais elles sont insuffisantes pour classer la substance dans la catégorie 2. Ces substances sont classées R40.

 

8. QUESTION: Nous travaillons depuis quelques temps avec un nouveau nettoyant qui provoque,à mes collègues et à moi-même,des maux de tête et des nausées.L'un d'entre nous a réussi à prendre contact avec le médecin du travail de notre boîte, quidit que le produit qu'on nous a donné est sans danger.On veut pouvoir utiliser l'ancien nettoyant qu'on avait. Y-a-t-il un moyen d'après vous ?

REPONSE: Pas de panique, il y a toujours moyen, surtout dans ce cas de figure. En effet, si vous avez des nausées, c'est que vous pouvez respirerle solvant et dans ce cas votre employeur est en faute et cesans l'ombre d'un doute.

Dans un premier temps, nous allons remettre la balle dans votre camp et vous laisser le soin de nous communiquerle nom du solvant que vous utilisez (il est marqué sur son emballage), dans la mesure du possible: le nom du fournisseur, les étiquettes qu'il y a sur l'emballage (une croix, ou une tête de mort...) et surtout de quelle manière vous l'utilisez.

A réception de ces informations, si vous êtes adhérent de notre association APMP, nous vous informerons de ce qui pourra être mis immédiatement en oeuvre pour vous donner satisfaction et protéger, le cas échéant, votre santé et celle de vos collègues.