IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Les CPAM c'est UBU Roi

 

Une triste anecdote que nous a adressée l'un de nos adhérents.

Pour ceux que çà intéressent, ils peuvent mettre leur commentaire sur le forum de ce site

 

 

PETITE HISTOIRE EPIQUE D’UNE VISITE MEDICALE CHEZ UN MEDECIN-CONSEIL DE LA CPAM SUITE À UNE DEMANDE D’ALD DE MON MEDECIN TRAITANT.

Le 17 septembre 2012, mon médecin traitant envoie à la CPAM une demande d’ALD pour pathologies multiples résultant d’une rechute d’accident du travail du 28 novembre 2005 (AT initial 14/05/2002). Je reçois donc une convocation de la part du médecin-conseil de la CPAM qui me donne un rendez-vous le 7 novembre 2012 à 10h du matin au 5ème étage pour évaluer mon état et voir la corrélation entre les différents examens médicaux et la demande de mon médecin.

1- Je me présente donc un quart d’heure avant ledit rendez-vous, à l’accueil de la CPAM, en leur présentant ma convocation, tout ceci au bureau dédié aux personnes handicapées (et oui je suis en fauteuil roulant depuis 2009 !). Un vigile m’accueille et me demande ma pièce d’identité et me demande de patienter car je suis trop en avance !

2- Dans ce grand hall déshumanisé, j’aperçois une médiatrice à qui je demande de bien vouloir m’indiquer les toilettes car je souffre d’une pathologie qui m’oblige à aller très souvent dans cet endroit, plusieurs fois par jour. Mme la médiatrice me répond qu’il n’y a pas de toilettes au sein de la CPAM et me demande d’aller faire mes besoins à la CAF 500 mètres plus loin avec mon épouse qui me pousse dans mon fauteuil roulant ! (On pourrait en rire mais c’est hélas la vérité). Mon épouse s’exécute et nous parcourons 1Km aller/retour pour aller aux toilettes (je me dis que la journée à la CPAM commence sous les meilleurs auspices)!

3- A mon retour, je retourne voir le vigile qui m’informe que je ne peux pas monter au 5ème étage voir le médecin-conseil de la CPAM car les ascenseurs et les portes de cet organisme ne sont pas adaptées aux personnes en fauteuil roulant. Le médecin descendra pour vous voir dans l’infirmerie du personnel de la CPAM ! (je me suis demandé si je ne rêvais pas tout éveillé). Effectivement, le vigile demande à mon épouse de bien vouloir me conduire dans un réduit qui sert paraît-il d’infirmerie au personnel. Je me suis donc retrouvé dans un local sans fenêtre avec simplement un bureau et un téléphone mais pas de pharmacie, au cas où un membre du personnel aurait un petit « bobo » ! J’ai patienté dans ce réduit pendant 30 minutes, le temps peut être que le médecin veuille bien descendre !

4- Le médecin-conseil arrive enfin avec un tensiomètre et un stéthoscope (nous verrons plus loin le comique de cet attirail). J’oubliais, il avait aussi mon dossier sous le bras (enfin juste la demande rédigée par mon médecin traitant sur le triptyque).

5- Le fameux médecin-conseil va chercher une feuille blanche et commence à me poser quelques questions sur mon état physique (ça ne se voit pas que je suis en fauteuil roulant !) et là pas de chance, il n’avait pas de stylo donc obligé de retourner à l’accueil pour s’en procurer un ! je vous assure je n’invente rien c’est digne d’une bande dessinée comique !


6- Je lui donne tout mon dossier médical depuis ma rechute d’AT qu’il survole en une minute chrono et fini par me dire que finalement il téléphonera à mon médecin traitant ! (je vous fais remarquer que le tensiomètre et le stéthoscope n’ont toujours pas servi, c’était pour le « fun » !).

7- Je suis donc reparti sans aucune réponse de la part du médecin-conseil et j’ai dû aller faire mes besoins à 1km A/R, voilà le bilan de la matinée à la CPAM.

8- Moralité, la prochaine fois que je suis convoqué par cet organisme, je pense que le toubib va pouvoir attendre ma visite un bon moment. Je prendrai avant, le temps de me reposer chez moi et d’aller faire mes besoins à quelques mètres de mon canapé !

C’est magique une matinée à la CPAM. Je vous donne juste un dernier conseil : « avant de vous y rendre faites vos besoins avant et surtout arrivez sur vos 2 jambes sinon c’est de la folie douce » !

Bruno