IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Aubry, amiante: mise au point.

Voici notre commentaire dans le prolongement de l'article du journal "le parisien" évoquant la demande en annulation de sa prochaine mise en examen par Martine Aubry dans le dossier de l'amiante.

Avant de prendre connaissance de notre commentaire, nous vous proposons de lire l'article du journal "le parisien" en cliquant ici

Notre commentaire:

A n'en pas douter, le scandale du sang contaminé (entre autres) n'a toujours pas servi de leçon.

Il ne suffit pas d'appartenir à la classe politique pour s'auto-disculper.

La véhémence des propos récents de Dame Aubry à l'égard de ceux qui tentent de faire tourner la "boutique France" (les petits employeurs) ne saurait prospérer surtout quand de tels propos s'accompagnent du plus grand mépris à l'égard de ces innombrables salariés qui sacrifient leur santé et leur vie à l'autel du produit intérieur brut (PIB).

Alors que les Français se plaignent régulièrement de leur justice (en laquelle ils ne croient plus depuis longtemps du reste) voilà une Juge (Marie-Odile Bertella-Geoffroy) qui "ose" s'en prendre aux seigneurs (vous remarquerez le "s" minuscule).

Eh bien Madame le Juge, sachez que de nombreux Français sont à vos côtés et comptent bien suivre ce dossier de très près (au cas où vous devriez subir d'importantes et très probables pressions), et nous allons en faire une première démonstration.

Effectivement à la tête de la Direction des Relations du Travail (DRT) du Ministère du Travail entre 1984 et 1987, Martine Aubry ne saurait se dédouanner de sa complaisance à l'égard des employeurs pour le moins indélicats, dans le dossier de l'amiante.

Car il s'agit bien là, à tout le moins de complaisance.

Pour l'information des lecteurs (extrait du livre: Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale. Ce qu'ils nous cachent... page 181) Martine Aubry ne pouvait ignorer les effets dévastateurs de l'exposition à l'amiante.

Extrait:

S'agissant de l'amiante, à toutes fins utiles pour ceux qui l'ignoreraient encore, il faut savoir que les pouvoirs publics connaissaient le rôle cancérogène de l'amiante depuis plus de cent ans !

En effet, la première constatation d'un décès lié à l'amiante date de 1899 !

Pour corroborer une telle affirmation, il suffit de savoir par exemple:

- que les compagnies d'assurance aux Etats-Unis cessèrent d'assurer les travailleurs de l'amiante dès 1918;

- que la Grande Bretagne mit en place en 1931 la première réglementation visant à limiter la présence de poussières d'amiante sur les lieux de travail;

- qu'en France, l'asbestose est reconnue au titre de la maladie professionnelle depuis 1945;

- qu'en France toujours, l'exposition des salariés à l'amiante âgés de moins de dix huit ans a été interdite en 1975;

- qu'en France toujours, le cancer broncho-pulmonaire et le mésothéliome sont pris en charge au titre de la maladie professionnelle depuis 1976, que l'année suivante, a été mise en place la notion de valeur limite d'exposition (VLE) et de suivi médical pour les travailleurs exposés à l'amiante (VLE qui ont été régulièrement revues à la baisse dans les années qui suivirent).

Alors que les premières mesures prises aux Etats-Unis remontent à 1918, en Grande Bretagne à 1931, qu'a fait la "socialiste" Martine Aubry pour protéger la santé des Français, durant son passage à la Direction du Travail, contre ce fléau qu'est l'amiante ?

Nous conviendrons dans ces conditions, qu'elle ne pouvait ignorer les effets dévastateurs de l'amiante et venir soulever la notion de drame mondial, comme relaté dans l'article, est pour le moins déplacé.

N'en déplaise aux contradicteurs de Madame le Juge et à la classe politique, quelles que soient les tendances, elle a contribué au décès de centaines de milliers de nos compatriotes.

Et puis, sauf erreur de notre part, elle serait l'initiatrice du Fonds d'Indemnisation des Victimes de l'Amiante (FIVA) qui indemnise (difficilement) les victimes de l'amiante avec des fonds provenant, au moins pour moitié, de l'argent des contribuables au lieu des seuls employeurs responsables.

Aujourd'hui, la vie des victimes selon le FIVA "vaut" quelques dizaines de milliers d'euros !

Malgré cela et, nous serions tentés de dire "bien évidemment", aucune leçon n'est tirée de ces tragédies.

Peut-être parce que les victimes de l'amiante ne représentent, après tout, que moins de 10% des salariés décédés suite à leur exposition aux produits chimiques sur les lieux de travail.

Précisément, s'agissant de la santé au travail, une adjointe à la mairie de... Lille (tiens, tiens) a souhaité bénéficié du savoir et des réflexions de notre association dans le cadre du Programme Santé 21 de la municipalité. Nous avons travaillé d'arrache-pied tant il nous a fallu découvrir des lacunes et un monde d'ignorance. Cette adjointe disparaissant subitement... "exit" la santé au travail dans le cadre du Programme Santé 21.

Telle est la conception du socialisme chez l'ex Secrétaire Générale du parti socialiste français.

Il serait temps qu'elle réponde de ses non-actes !

Naturellement si à la lecture de ces lignes, une plainte devait être déposée, que les plaignants sachent que nous sommes tout à fait disposés à participer à la rédaction d'une telle plainte, plus sérieusement à y faire face.

Ce sera alors "le crépuscule des Dieux".