IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Réponse de l'APMP à la DIRRECTE de la Loire

Dans le prolongement de l'article paru sur "info.expoprotection.com" et intitulé "Travail et produits chimiques: 121 questions-réponses publiées par la DIRRECTE de la Loire", l'APMP tient tout particulièrement à publier la mise au point qui suit, à l'endroit de la DIRRECTE de la LOIRE mais aussi et surtout à l'endroit de toutes les autres DIRRECTE:

Cette mise au point sera composée de deux parties.

La première visera l'article à proprement parler, la deuxième visera la "brochure grand public" publiée dans ce même article.

Première partie (publiée ce jour):

Si nous ne pouvons qu'adhérer aux déclarations du début d'article (les produits chimiques sont partout dans les entreprises et plus de 2 millions de salariés sont exposés à au moins un agent cancérogène sur le lieu de travail), nous ne pouvons laisser la DIRRECTE de la Loire soutenir que: "la prévention des cancers professionnels constitue une priorité majeure de la politique de santé au travail".

Alors soit, si publier une brochure gand public est, sur la forme, une action louable de la part de la DIRRECTE, sur le fond il nous paraît indispensable,  de faire appliquer les réglementations sur les lieux de travail notamment par les CARSAT et les Inspections du Travail, car tel n'est toujours pas le cas.

Il est patent que:

- le décret 2001-97 du 1er évrier 2001 portant sur les produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (ces deux derniers n'étant pas évoqués dans l'article);

- et le décret 2003-1254 du 23 décembre 2003 portant sur le risque chimique

ne sont toujours pas appliqués et ce depuis leur date de publication respective.

Nous rappellerons ici que si les textes réglementaires étaient appliqués par les employeurs, la plupart des maladies professionnelles seraient évitées.

Deuxième partie (sera publiée dès demain mardi).