IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Message à: LeDocDuTravail sur Twitter


Je suis Jean-Luc LENGLEN, Président de l'association "Agir" pour la Prévention des maladies professionnelles.

Je constate que vos interventions sur Twitter consistent essentiellement à polémiquer. Alors soit, polémiquons.

Il y a quelques semaines déjà, vous vous êtes autorisé à être bien peu courtois à l'égard de la personne à qui j'ai confié le soin de gérer le Twitter de notre association.

A cette occasion, tenant tout particulièrement à marquer votre désaccord avec ce nous avions écrit sur notre twitter et avec ce que j'ai pu écrire par ailleurs, vous aviez  souhaité savoir si j'étais "médecin au moins" pour reprendre votre expression.

Aujourd'hui, vous semblez soutenir que l'expression "tous pourris" serait apparue sur notre twitter.

Vous m'en voyez à tout le moins très étonné car la personne responsable de notre twitter n'emploie jamais de tels termes. Disons que ce n'est pas dans sa chaîne ADN comme acide désoxyribonucléique. Petite note humoristique qui me permet de faire la transition.

Puisque vous souhaitiez savoir si j'étais "médecin au moins". Ma réponse sera claire: non Monsieur. Néanmoins, rassurez-vous je sais tenir, sans problème aucun, des entretiens d'ordre médical et si vous le souhaitez d'ordre toxicologique avec des professionnels. Je ne vous indisposerai pas avec ma formation originelle et les formations que j'ai pu acquérir tout au long de ma carrière de chef d'entreprise.

J'en arrive à ce qui est l'objet de cet article.

Aujourd'hui, suite à ce qui a été déclaré sur la chaîne télévisuelle M6, vous prétendez que, je vous cite: " les pressions sont permanentes et des deux côtés pour tenter d'instrumentaliser le MdT. C'est le jeu et pas un scoop d'M6", fin de citation.

Ce à quoi, nous vous avons répondu, je cite encore: " vous irez expliquer aux travailleurs atteints d'une pathologie que c'est un jeu. Il est temps d'arrêter le massacre".

Vous: " le jeu c'est de rester indépendant en gardant pour seul objectif de protéger la santé des salariés dans leur travail ".

Nous: " en théorie car nous devons déplorer que la réalité est toute autre. Et nous avons des preuves irréfutables".

Vous: " votre vision de la réalité n'est pas la mienne. Le message "tous pourris" vous discrédite. Nous menons le même combat. Vous défendez des cas bien précis où l'indépendance du MdT serait en cause. Dans MON exercice, je n'ai rien à craindre".

Nous: "mais où avez-vous lu "tous pourris" ?

Vous: " je prends pour personnel le thème "personne ne fait rien sauf nous" et j'extrapole sans doute...".

Je considère pour ma part, sans vouloir augmenter les tensions, que vos propos sont déplacés et affligeants.

En effet, dois-je vous rappeler que les médecins du travail n'ont pas la capacité d'entrer en conflit avec les employeurs, sauf bien sûr les responsables des PME-PMI et à fortiori les responsables des TPE, ce qui doit probablement être votre cas puisque vous soutenez que dans VOTRE exercice, vous n'avez rien à craindre.

Dois-je vous rappeler que, compte tenu des contraintes qu'ils subissent et des risques qu'ils encourent, il y a aujourd'hui, pénurie de médecins du travail.

Dois-je vous rappeler que la gestion et la direction de la médecine du travail en France sont confiées au seul patronat. A ce sujet, nous vous proposons de parcourir nos nombreux éditoriaux. Vous constaterez que nombreux sont vos Consoeurs et Confrères à tenir des propos identiques aux nôtres. Ils déclarent même, s'agissant de la gestion et de la direction de la médecine du travail par le seul patronat, que c'était comme si on confiait la direction des douanes aux contrebandiers.

Si vous n'avez rien à craindre dans VOTRE exercice, vous nous en voyez fort aise. Néanmoins, celà ne vous autorise pas à soutenir des contre-vérités, et c'est un euphémisme.

Si la médecine du travail avait la capacité d'être efficiente, nous ne serions pas confrontés à l'explosion que nous connaissons des maladies professionnelles et parmi celles-ci bien évidemment des cancers professionnels.

Vous n'êtes pas d'accord, j'en suis persuadé. Alors veuillez bien faire attention à ce que je vais vous préciser, quelques exemples seulement mais tout à fait édifiants:

Depuis le 1er février 2001, les salariés ne doivent plus être exposés à des produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR), décret 2001-97. S'ils le sont, en l'occurrence pour des raisons techniques, les seuils d'exposition doivent obligatoirement être inférieurs aux valeurs limites d'exposition (VLEP) des produits considérés. Vous conviendrez que s'agissant des VLEP nous parlons de quantités infinitésimales. Vous conviendrez également que pour ne pas dépasser ces VLEP, il faut recourir aux vases clos ce qu'imposent du reste ledit décret ainsi que le décret 2003-1254 portant sur le risque chimique, autrement dit portant sur tous les agents chimiques dangereux (ACD), autrement dit encore tous les produits chimiques dotés précisément d'une valeur limite d'exposition professionnelle.

Monsieur le Docteur "X" puisque je n'ai pas l'honneur de connaître votre identité; je vous mets au défi de m'apporter la preuve que vous avez à minima fait pression pour que des salariés que vous suivez puissent bénéficer d'un vase clos.

N'étant pas un vicieux de nature, je tiens d'ores et déjà à vous préciser que si vous m'affirmez que vous avez imposé, ne serait-ce qu'un seul vase clos, parmi les entreprises que vous suivez, vous recevrez un camouflet qui ne vous honorera pas.

Outre ce manquement, comme quoi contrairement à ce que vous prétendez: vous avez à craindre, je vous propose de donner un peu de votre personne en nous rejoignant au sein de notre association et vous ne pourrez que constater les dégâts (si vous me permettez l'expression) chez les salariés atteints de cancers (ne vous en déplaise 200 000 par an à cause précisément des conditions de travail, et çà aussi, nous pouvons en faire la démonstration) et chez les veuves de salariés.

Vous ne pouvez ignorer, en d'autres termes: vous n'avez absolument pas le droit de dire qu'un salarié atteint d'une pathologie lourde tente d'instrumentaliser le médecin du travail. Descendez de votre piédestal, je vous prie.

Pour le coup, ce que vous semblez ignorer, du moins j'ose l'espérer, c'est que les Caisses primaires d'Assurance maladie (CPAM) et les Caisses régionales d'assurance maladie (CRAM) dénommées aujourd'hui CARSAT interviennent dans la grande majorité des dossiers au soutien des intérêts financiers des employeurs et bien évidemment de leur service santé au travail.

En conclusion, étant tous les jours au contact de ces pauvres victimes que nous devons défendre contre un système pervers et malhonnête, nous ne pouvons accepter que vous ou tout autre éprouviez autant de mépris à l'égard de ces Français dont le seul crime est de ne pas s'être présentés à Pôle Emploi.