IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

LA GRANDE MASCARADE POLITICO SYNDICALE

Depuis que les médias nous ont informé de ce qu'une perquisition s'était déroulée au sein de la Française de Mécanique, sur notre action rappelons-le, les réactions syndicales ne manquent pas de "fleurir".

Disons le clairement, c'est aller un peu vite en besogne.

Nous nous proposons ici de leur rafraîchir la mémoire et par la même occasion vous affranchir un peu plus du comportement des syndicats en France.

En 2009, nous avions invité chacune des centrales pour les informer de nos intentions de poursuivre au pénal la direction de la Société Française de Mécanique dans le cadre de l'exposition des salariés aux produits chimiques dangereux (pour nombre d'entre eux cancérogènes) et donc du non-respect des textes réglementaires.

Nous leur avions proposé de prendre, nous APMP, nos responsabilités. Nous leur avions proposé d'être "la locomotive" et de servir de "bouclier".

En contre partie, nous leur avions proposé de distribuer, de manière collégiale, un papier (ils appellent çà un "tract") afin d'informer les salariés de cette Société qu'une association était à leur disposition pour les aider quant aux nombreuses maladies professionnelles dont ils sont atteints et auxquelles ils étaient confrontés.

Nous avions alors eu la sensation de leur proposer un "deal" qui ne les engageait pas mais qui leur aurait permis de les valoriser auprès du personnel.

Nous avons essuyé un refus de la part de toutes les centrales !

Alors que depuis quarante années maintenant, ils ne peuvent ignorer les conditions de travail de leurs collègues exposés à des cocktails de produits dangereux, dans des conditions qui relèvent des temps anciens;

Alors que les maladies et les décès sont toujours aussi présents au sein du personnel de l'entreprise;

Alors qu'ils n'ont jamais dénoncé de telles conditions de travail;

Alors qu'ils n'ont jamais combattu la direction pour que cessent de telles conditions de travail;

Alors qu'ils n'ont donc pas donné suite à notre proposition;

Alors qu'ils n'ont jamais donné suite aux plaintes et demandes d'interventions de la part de leurs collègues syndiqués et victimes desdites conditions de travail;

Ils osent aujourd'hui venir prétendre, par voie de presse, qu'il serait temps que la direction fasse la lumière sur ce sujet;

Ils osent aujourd'hui venir dire qu'ils sont prêts à se porter "partie civile" dans l'action pénale engagée.

Pire encore, par voie de presse toujours, l'une de ces centrales s'autorise à déclarer qu'elle tiendra le personnel informé de la suite de la perquisition (sic).

Une autre centrale proposant quant à elle de la rejoindre, dans le cadre de la campagne électorale, pour soutenir Mélenchon. Ce candidat que notre association a interpellé par écrit sur la problématique des maladies professionnelles et qui, à contrario des autres candidats, n'a jamais jugé utile de nous répondre, ne serait-ce que par courtoisie.

Et pour notre part de venir soutenir que le bon vieux dicton français est une fois de plus vérifié, à savoir: "qui se ressemble s'assemble".

Pour notre part encore, nous considérons que ces syndicats ne sont pas seulement inutiles mais nuisibles aux salariés français.

Non seulement, ces centrales syndicales sont assez stupides pour ne pas s'entendre (plutôt que de s'allier) sur des problématiques aussi graves, ils ne font pas non plus ce pour quoi certains salariés se syndiquent encore (à se demander pourquoi du reste).

Nous affirmons, pour notre part, qu'ils se rendent complices d'une criminalité organisée, ce que nous avons officialisé dans notre plainte auprès de Monsieur le Procureur de Lille le 09 février dernier.