IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

CHEFS D'INCULPATION RETENUS: DES APPROPRIATIONS FRAUDULEUSES

Exemples:

Article 313-1 du Code pénal.

L'escroquerie est le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation de décharge.

Article 314-1 du Code pénal.

L'abus de confiance est le fait par une personne de détourner , au préjudice d'autrui, des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu'elle a acceptés à charge de les rendre, de les  représenter ou d'en faire un usage déterminé.

Article 314-5 du Code pénal.

Concerne le fait par undébiteur, un emprunteur ou un tiers donneur de gage, de détruire ou de détourner l'objet constitué en gage.

Article 314-6 du Code pénal.

Concerne le fait par le saisi de détruire ou de détourner un objet saisi entre ses mains en garantie des droits d'un créancier et confié à sa garde ou à celle d'un tiers.

Explications.

Sans revenir sur toutes les explications apportées sur nos éditoriaux du 24 février au 1er mars, nous justifierons ce chef d'inculpation en soulignant simplement qu'il existe des textes réglementaires visant à protéger la sécurité et la santé des salariés sur les lieux de travail, dans le cadre de l'utilisation des produits chimiques.

Outre le fait que ces réglementations ne sont pas respectées, elles ne sont pas prêtes de l'être un jour, tant il est vrai que les organismes dotés d'un réel pouvoir de coercition se refusent à sanctionner (CARSAT, DGT).

Dès lors, il nous faut déplorer l'explosion des maladies et autres cancers professionnels auxquels nous sommes confrontés. Pour information, le coût d'un cancer varie selon les cas dans une fourchette de 300 000 à 1 million d'euros. Pour un TMS, c'est-à-dire un trouble musculo-squelettique, le nombre de journées non travaillées et indemnisées est en moyenne de 275 jours.

Ces coûts financiers devraient, selon le Code de la Sécurité sociale, être supportés par les employeurs responsables. Dans les faits, puisque collusion entre les employeurs et les Caisses primaires d'Assurance maladie, il y a... (ces Caisses s'acharnant dans la grande majorité des cas à refuser la reconnaissance de la maladie professionelle), ces mêmes coûts financiers sont supportés par tous les cotisants que nous sommes.

Nous considérons pour notre part qu'il s'agit là de la principale raison du déficit de la Sécurité sociale qui, vous l'aurez compris ne devrait pas être.

Etant entendu (pour la petite histoire) que la seconde raison de ce déficit abyssal est dû également au fait que l'Etat (le plus gros employeur du pays) et les sociétés du CAC 40 se sont exonérés du paiement de leurs charges patronales.