IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Article du journal LE FIGARO.fr économie, en date du 25 février 2012.

Bruno Lemaire, à la sortie du conseil des ministres: " Il faudra continuer à réduire le coût du travail ".

Voir le commentaire de notre Président en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/02/23/20002-20120223ARTFIG00716-le-maireil-faudra-continuer-a-reduire-le-cout-du-travail.php

 

POURQUOI AVONS-NOUS DEPOSE PLAINTE ?

Deuxième partie


Dans le cadre du non-respect des réglementations encadrant l'utilisation des produits chimiques en entreprises, nous tenons à rappeler que les ingénieurs-conseils des CRAM (Caisses Régionales d'Assurance Maladie, aujourdhui appelées CARSAT) ont, entre autres, pour mission de faire procéder à l'application effective des réglementations en entreprises.

A cet effet, ils disposent de moyens de coercition à l'encontre des employeurs "en faute".

En effet, les Caisses, en pareils cas, ont la possibilité d'augmenter les cotisations AT-MP (Accidents du Travail - Maladies Professionnelles)  de ces employeurs indélicats.

Alors que  les maladies et les cancers professionnels explosent, cette branche AT-MP, étrangement, n'est pas déficitaire, surtout au regard du déficit abyssal de la branche maladie; déficit dont on nous rabâche les oreilles régulièrement.

De même, pour les cas les plus graves, ces ingénieurs-conseils doivent saisir l'inspecteur du travail dont dépend l'employeur.

In fine, force est de constater que nous sommes confrontés, non pas au laxisme de ces organismes de sécurité sociale et de cette administration, mais dans la majorité des cas, à l'entente illicite entre celles-ci et les employeurs.

Par exemple, les concentrations de vapeurs de produits chimiques auxquelles sont exposés les salariés sont toujours aussi importantes et infiniment supérieures aux valeurs limites d'exposition professionnelle déterminées, malgré les réglementations.

Les employeurs sont-ils sanctionnés ? Que nenni !