IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

POURQUOI AVONS-NOUS DEPOSE PLAINTE ?

Première partie.

 

Depuis un peu plus de quatre ans déjà, nous dénonçons le non-respect, par les employeurs, des réglementations encadrant l'utilisation des produits chimiques dans les entreprises.

(Directive-cadre 89/391 du 12 juin 1989 - Décret 2001-97 du 1er février 2001 - Décret 2003-1254 du 23 décembre 2003)

Ce non-respect des textes aboutit à l'explosion des maladies professionnelles que nous connaissons aujourd'hui et notamment des cancers professionnels.

Pour information, nous avons dénombré, en France:

- en 1980, 168 500 nouveaux cas de cancers;

- en 2005, 319 380 nouveaux cas de cancers;

- en 2008 plus de 350 000 nouveaux cas de cancers;

- Depuis 2011, nous "flirtons" avec la barre des 400 000 nouveaux cas de cancers (sans commentaire).


De même, le mardi 29 janvier 2008, nous vous informions de ce que, dans le respect de son étude épidémiologique, l'INSERM affirmait pour sa part que plus d'un cancer sur deux est du à la seule exposition aux produits chimiques en entreprises.


De même encore, le mercredi 30 janvier 2008, nous vous informions des conclusions de l'enquête SUMER 2003, réalisée par 18 000 médecins du travail.

Résultats de cette enquête:

- 2 370 000 salariés français sont, tous les jours, exposés à un ou plusieurs produits cancérogènes sur leurs lieux de travail;

- 186 000 salariés français sont en contact avec des produits mutagènes;

- 180 000 salariés français sont en contact avec des produits toxiques pour la reproduction.

Au total 2 736 000 salariés français sont donc exposés à des produits CMR.

Cette situation qui a été constatée en 2003 ne s'est absolument pas améliorée, près de dix années plus tard !

A suivre