IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

Financement de la Sécurité sociale


Article extrait du site partenaire: www.annuaire-secu.com


L'avis du Conseil économique, social et environnemental sur la protection sociale et l'avenir de l'assurance maladie.


15/07/11 - Le Premier ministre François Fillon avait saisi le 17 mars 2011 le CESE pour disposer de son analyse sur "les principaux enjeux auxquels est confronté notre système de protection sociale et sur les différentes évolutions envisageables, dans le respect des valeurs de solidarité sur lesquelles il a été bâti. Dans son avis intitulé "La protection sociale: assurer l'avenir de l'assurance maladie", présenté à la presse le 13 juillet 2011, le Conseil a souhaité mettre en exergue les principaux défis de notre système de protection sociale au travers l'exemple de l'assurance maladie. En effet l'avis s'attache à montrer qu'aujourd'hui "c'est dans le domaine de la santé que l'accès de tous à une couverture sociale de qualité se pose certainement avec le plus d'acuité et se propose de dessiner des pistes pour consolider notre pacte social".

Dans ses propositions, le CESE réaffirme le principe d'une assurance maladie solidaire. Il préconise de répondre à l'évolution des risques sociaux en adaptant la protection sociale aux spécificités d'un public jeune, en intervenant dès l'amont par des politiques de prévention coordonnées et articulant les interventions sanitaires et sociales. Les mesures pour garantir l'accès aux soins pour tous, optimiser l'efficience du parcours de soins et mieux articuler la prise en charge par l'assurance maladie et les complémentaires sont classiques. Sur la question du déficit de la Sécurité sociale qui promet d'être un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle de 2012, le CESE propose ses solutions pour garantir un financement pérenne et soutenable de la santé. Une "augmentation modérée" du taux de la CSG, la mise en place d'une TVA sociale, le réexamen des exemptions et des exonérations de cotisations sociales, la création d'une taxe internationale sur les transactions financières et une meilleure prise en compte de la valeur ajoutée produite par les entreprises offrent diverses pistes de financement. Le Conseil recommande en outre de ne pas fusionner la CSG avec l'impôt sur le revenu, inquiet du risque de "perte d'identité d'un éventuel grand impôt progressif". Améliorer le financement de la Sécurité sociale sera difficile sans "une réforme d'ampleur des prélèvements obligatoires", prévient le document.

http://www.lecese.fr/index.php/rapports-et-avis/la-protection-sociale

LE POINT DE VUE DE L'APMP:

Nous partageons une seule idée avec le CESE. C'est celle où il déclare "que la question du déficit de la Sécurité sociale promet d'être un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle de 2012".

Nous y travaillons ardemment !


Quant à une augmentation modérée de la CSG et la mise en place d'une TVA sociale, disons que le premier clampin venu est capable d'avancer de telles propositions. Propositions au demeurant avancées également par de nombreux responsables politiques, de droite comme de gauche.