IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

 

L'AMIANTE ET LES AUTRES PRODUITS CHIMIQUES...

LA DISCRIMINATION

 

 

 

La catastrophe de l'amiante... Un grave problème de société d'autant plus inacceptable qu'il aurait pu être évité avec un peu de correction, d'honnêteté et de civisme de la part de nos responsables tant politiques qu'administratifs et civils (les employeurs).

Certes, cette catastrophe est aujourd'hui prise en compte, y compris et surtout par les médias et la Justice.

Néanmoins, l'ignominie perdure... En effet, la vie d'un salarié a de moins en moins d'importance et de moins en moins de valeur au fur et à mesure que nous avançons dans le temps et que les jugements sontrendus. L'indemnisation versée aujourd'huiaux victimes (ou familles des victimes)est de l'ordre de quelques milliers d'euros !

Si nous tenons compte du fait, et ce n'est pas du purisme, que les pensions de retraite versées aux veuves sont nettement inférieures aux pensions qui auraient dûes être versées si le salarié n'était pas décédé (malgré des cotisations versées à taux plein), il est évident que le "système" s'y retrouve avantageusement !

Et puisque l'on parle d'ignominie, que dire du "black-out radio" ambiant concernantles victimes des produits chimiques en général, notamment des solvants.

Celles-ci sont beaucoup plus nombreuses encore que les victimes de l'amiante. Rappelons au passage que 6 millions de Français sont quotidiennement au contact des solvants, dont près de 3 millions au contact des seulsproduits cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction.(Voir notre éditorial du 1er février 2008).

Nous affirmons pour notre part que la médiatisation organisée des problèmes liés à l'amiante est tout simplement une soupape de sécurité, compte tenu de la pression qui commence à se faire ressentir au travers du ratio: nombre de maladies et cancers professionnels reconnus (difficilement)/ nombre de maladies et cancers réellement professionnels. Et ce ratio, vous en êtes convaincus aujourd'hui, nes'améliorera pas.

A plusieurs reprises et depuis près de DIX ANS maintenant,nombre d'entre nous ont "tiré la sonnette d'alarme" auprès des politiques (quels qu'ils soient)pour attirer leur attention sur le fait que, faute par euxd'avoir prisles dispositions et décisions qui s'imposaient,"notre société était assise sur une BOMBE SANITAIRE".

Par manque de courage, nos dirigeants politiquesse refusent à mettre fin à cette "BOUCHERIE", préférant objecter les seulesconditions de vie de tout à chacun, plutôt que de sanctionner les responsables de fait.

En attendant, une petite partiedes victimes du travail est indemnisée insuffisamment, pendant quelaplus grandepartie continue à mener ce deuxième combatqui consisteen la reconnaissance de leur maladie en maladie professionnelle; cette majeure partie étant pour sa part constituée des victimes de l'utilisation des CMR et autres solvants, en général. Si ce n'est pas de la discrimination...