IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

LES MALADIES PROFESSIONNELLES... TMS ET INCOHERENCES

 

Ce sont diverses et nombreuses affections de parties du corps qui apportent une gêne dans les mouvements et donc dans le travail.

Elles sont la conséquence d'un déséquilibre entre les capacités fonctionnelles du corps et les exigences de la situation de travail, notamment lorsque les possibilités de récupération sont insuffisantes.

Les TMS (troubles musculo-squelettiques) sont des maladies professionnelles qui entrent dans les tableaux N° 57 - 69 - 79 - 97 - 98 des maladies professionnelles.

Les TMS touchent les muscles, mais aussi les tendons et les nerfs et les articulations en général (cou, haut et bas du dos, épaules, bras, mains et les membres inférieurs).

Elles entrainent des douleurs de plus en plus gênantes qui finissent par entrainer elles-mêmes des handicaps importants dans la vie professionnelle et dans la vie privée.

Elles sont à l'origine de nombreux arrêts de travail d'une durée moyenne de180 jours. En 2006, elles ont entrainé 7 millions de journées d'arrêts de travail et ont coûté 710 millions de frais.

Sont en cause, les gestes répétitifs sous forte contrainte de temps et des temps de récupération insuffisants, eu égard aux organisations du travail.

 

Ce problème des TMS, une fois de plus d'actualité, n'est pourtant pas récent. Pour tous ceux aujourd'hui un peu moins jeunes... dans les années 70 déjà, l'administration attirait notre attention sur ces troubles musculo squelettiques. On y avait opposé, pour les combattre et les éradiquer, l'ergonomie. Des sommes d'argent considérables ont été mises à la disposition d'ergonomes et consorts.

Résultat: elles sont de plus en plus nombreuses.

Et de relancer ces jours-ci une nouvelle campagne publicitaire, bien sûr elle aussi très coûteuse, pour attirer l'attention des salariés, en montrant de vilaines petites dents dans les épaules et les coudes de "charmantes" personnes au travail.

Et de nous demander si cette campagne ne relèverait pasde la "provocation".

En effet, comment pourrait-on imaginer que les salariés sont responsables "aussi" des TMS.

Souffriraient-ils de masochisme au point de vouloir travailler jusqu'à porter atteinte à leur intégrité physique.

Il nous paraît évident et indéniable que l'origine de ces TMS est à mettre au passif des employeurs (une fois de plus). Et de nous demander...Pourquoi cette campagne publicitaire à destination du grand public.

Si ce n'est pas de la provocation, c'est à tout le moins une plaisanterie de très mauvais goût.

Et puis... alors que les TMS sont admises par l'administration au point d'admettre qu'elles sontresponsables de 7 millions d'arrêts de travail, la classe politique donne un blanc seing aux employeurs pour contrôler les fraudeurs en matière d'arrêts de travail.

Doit-on en déduire que si les personnes atteintes de TMS ne fraudent pas, ce sont alors les personnes atteintes de pathologies lourdes qui elles fraudent. PATHOLOGIES LOURDES POUR LESQUELLES, EN CE MOMENT, C'EST LE "BLACK OUT RADIO".