IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

RESPONSABILITE DU CHEF D'ENTREPRISE

 

 

Le chef d'entreprise est susceptible, en cette qualité, de voir sa responsabilité engagée, tant au plan pénal que civil.

Il en est ainsi pendant la vie de l'entreprise, notamment en matière d'hygiène et de sécurité du travail.

A l'issue de l'article 121-3 du Code Pénal modifié par la loi du 10 juillet 2000, tendant à préciser la définition des délits non intentionnels:

"Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le réglement, s'il est établi que l'auteur des faits n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.

Dans le cas prévu par l'alinéa qui précède, les personnes physiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le réglement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer".

En outre l'article 4-1 du Code de Procédure pénale prévoit que:

"L'absence de faute pénale non intentionnelle au sens de l'article 121-3 du Code pénal ne fait pasobstacle à l'exercice d'une action devant les juridictions civiles afin d'obtenir la réparation d'un dommage sur le fondement de l'article 1383 du Code civil si l'existence de la faute civile prévue par cet article est établie ou en application de l'article L.452-1 du Code de la Sécurité sociale si l'existence de la faute inexcusable prévue par cet article est établie".

L'article 4-1 du Code de procédure pénale a mis fin au principe traditionnel de l'unité des fautes civiles et pénales, favorisant ainsi les victimes.