IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

SECURITE SOCIALE... ARRET DE TRAVAIL ET CONTROLE PATRONAL

 

Comment être atteint d'une grave pathologie et ne pas arrêter son travail ?

 

Il semble que la réponse va bientôt nous être apportée.

 

Devant le nombre sans cesse croissant des arrêts de travail (comment pourrait-il en être autrement, compte tenu de l'explosion des maladies professionnelles), ce ne sont plus, comme auparavant, les médecins contrôleurs de la Sécurité sociale qui vont venir vous contrôler à votre domicile, mais des médecinsmandatés par les employeurs.

Alors soit, des arrêts de complaisance sont régulièrement délivrés et ce, depuis bien longtemps.

Il est néanmoins mensonger de prétendre que les arrêts de "complaisance" sont en augmentation, d'une part. D'autre part, il n'est pas acceptable d'assister à l'abandon par la Sécurité sociale de ses prérogatives,au profit des employeurs.

Il faut bien comprendre qu'après avoir laissé la médecine du travail à la seule gestion patronale, laisser le contrôle des arrêtspour cause de maladieà ce même patronat, c'est accepter par avance des abus de toutes sortes: indemnités journalières non payées car arrêt de travail non justifié selon le médecin "mandaté", empêcher la reconnaissance d'une maladie en maladie professionnelle, le diagnostic du médecin "mandaté" n'allant pas dans le sens d'une maladie professionnelle...

A n'en pas douter, il nous sera expliqué que cette décision "unilatérale et une fois de plus léonine" a été prise dans le but de soulager le déficit de la Sécurité sociale.

Il faudra alors nous expliquer pourquoi, alors que la remise d'un certificat médical a toujours été obligatoire après un arrêt de travail supérieur à deux jours ouvrés, aujourd'hui ce certificat médical est obligatoire dès l'arrêt d'une seule journée de travail.

Non seulement celà ne va pas dans le sens d'une diminution du déficit de la Sécurité sociale, c'est aussi pousser le salarié au "vice", car présenter un certificat médical pour avoir été absent une seule journée de travail ne paraît pas très crédible; tant et si bien que le certificat autorisera un arrêt de travail en général de huit jours.

Et de devoir en conclure que ce genre de décision ne vise pas à soulager le déficit de la Sécurité sociale, mais à "donner un tour de vis" supplémentaire quant à l'indemnisation à laquelle tout salarié peut légalement prétendre.

Qui peut s'imaginer que le patronat soit devenu philantrope au point de subvenir aux besoins de la Sécurité sociale.

Quoique...il nous faudra bien un jour évoquer le sujet del'hypocrisie institutionnelle de la santé au travail en France et le compromis sociétal qui fontle lit detous les dérapages.