IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

TABLEAU DES MALADIES PROFESSIONNELLES...

UN NOUVEAU TABLEAU INACCEPTABLE EN L'ETAT


 

1. Dans notre éditorial du mardi 18 mars, (" les dépenses de médicaments portées par les maladies graves "), nous avons évoqué le manque d'objectivité de la SS, précisant même que parler d'objectivité était tout au plus un euphémisme.

2. Dans notre dernier éditorial, nous nous sommes proposés de vous démontrer le caractère "léonin" (*) des réglements administratifs.

(*) " léonin " définition: Concernant un contrat (cas échéant) c'est un partage par lequel l'une des parties s'attribue la part du lion, c'est-à-dire la plus grosse part des intérêts et donc des bénéfices.

 

Quoi de plus facile à démontrer ?

L'exemple du jour:

Il s'agit du tableau des maladies professionnelles 61 bis : " Cancer broncho-pulmonaire provoqué par l'inhalation de poussières ou de fumées renfermant du cadmium " (parue au Journal Officiel du 15 décembre 2007).

Le projet de décret dont il relève a été présenté à la commission maladies professionnelles du conseil supérieur de la prévention des risques professionnels lors de sa séance du 20 mars 2006.

Ce même projet de décret a été présenté à la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles de la CNAMts lors de sa séance du 26 septembre 2007.

Le décret est paru.

La première circulaire CNAMts (CIR-5/2008) est parue.

 

Que dit ce tableau ?

Pour les cas de cancers broncho-pulmonaires, le délai de prise en charge est de 40 ans (sous réserve d'une durée d'exposition de 10 ans et d'un temps écoulé depuis le début de l'exposition de 20 ans ).

A noter également que seuls deux types de travaux seront reconnus comme étant susceptibles de provoquer la maladie. Les autres types de travaux, où il y a présence de cadmium (nucléaire, électronique, sidérurgie...) étant purement et simplement évincés.

Ce qui ne saurait en aucun casêtre maintenu dans ce décret, c'est: la notion de temps écoulé depuis le début de l'exposition. Cette notion est sans fondement et relève d'une parfaite malhonnêteté intellectuelle; qui plus est... ellen'est pas légale.

Accepter cette notion de temps écoulé dans le cadre de ce décret, c'est accepter la notion de temps écoulé pour tous les tableaux de maladies professionnelles et notamment ceux qui ont trait aux cancérogènes en général, car à n'en pas douter les employeurs n'hésiteront pas à s'engoufrer dans la brèche.

Même si, et c'est une information non négligeable qui démontre au passage notre impartialité "les employeurs n'ont pas demandé cette notion de temps écoulé dansle présentdécret et semblaient même ne pas la souhaiter (selon le Ministère du Travail), c'est dire à quel point parler du manque d'objectivité de l'administration est vraiment " tout au plus un euphémisme ".

Il ne saurait être question pour nous d'accepter qu'un petit noyau de professeurs " experts ", (souvenez-vous ces experts qui prétendent que seuls 8,5% des cancers sont des cancers d'origine professionnelle, voir notre éditorial du 26 février "coûts pour la sécurité sociale ") puissent régenter la vie de plusieurs millions de Français, dans la plus parfaite " autarcie " et donc à l'insu, aux dépens et au mépris de ces derniers.

Soyez assurés que ces pratiques détestables ont bientôt fini d'exister... Nous en ferons la démonstration ces prochaines semaines.

Dernière information:

Un recours en Conseil d'Etat a d'ores et déjà été formé pour annulation de ce décret. A SUIVRE DE TRES TRES PRES.

Vous pouvez prendre connaissance du point de vue de Henri PEZERAT, Directeur de Recherche honoraire au CNRS - Toxicologue.

Fichier à Telecharger