IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

SANTE AU TRAVAIL... L'HYPOCRISIE INSTITUTIONNELLE

 

Quelques extraits choisis:

 

1. Le Médecin du travail se trouve terriblement seul et en danger de représailles s'il persévère à prioriser la logique médicale à la logique comptable et financière. Il en irait tout autrement s'il pouvait compter sur le soutien efficace des acteurs de l'inspection du travail et de la CRAM (caisse régionale d'assurance maladie) légitimés et libérés eux-mêmes de leur enclavement et en s'adjoignant l'aide de tous les acteurs compétents.

 

2. Mais il ne faudrait pas oublier l'hypocrisie institutionnelle de la santé au travail en France et le compromis sociétal qui fait le lit de tous les dérapages.

Il faut bien dénoncer la très puissante mécanique avec ses multiples rouages (gestion patronale, gestion de l'aptitude, absence de soutiens synergiques) qui verrouille les médecins du travail et qui, si celà ne leur enlève pas leur responsabilité médicale, les transforme néanmoins en parfaits boucs émissaires.

Au vu de tels étouffements, on peut affirmer qu'être un médecin en prévention en santé au travail est de l'ordre de la mission impossible. C'est de la responsabilité de la société toute entière qui nous a laissés pendant plusieurs décennies dans une telle situation. Les défaillances, les manquements, les compromissions de tous les autres acteurs de régulation doivent être aussi mis en lumière et dénoncés: les instances de contrôle, l'inspection du travail, les syndicats de salariés et leurs représentants dans les entreprises, les médias qui ont regardé ailleurs, les politiques qui savaient par tous les rapports qui s'accumulaient (dont les nôtres) et qui n'ont rien fait ou presque. Celà doit se faire dans un objectif de clarification non pas pour régler des comptes mais afin de reconstruire un véritable système de prévention en santé au travail en France.

Etant précisé que si les acteurs de régulation cités ci-dessus ne soutiennent pas les médecins du travail, ils participent par contre et à la profusion d'études, d'évaluations, de réunions, de conventions et autres avatars maquillés du système qui prolifèrent d'autant plus qu'ils ne s'attaquent pas aux racines du mal. Voir les commentaires de l'APMP dans son éditorial du 25 février: le programme SGH.

Et puis, lâchons nous un peu... Programme SGH qui relève plus du "NOMBRILISME" que de toute action constructive et sérieuse.

 

En fin d'article, ce collectif fait quelques propositions que nous nommerons pour le moins de cohérentes; vous allez comprendre.

A titre d'exemples toujours:

1. En finir avec ce poison constitué par le lien direct financier entre préventeurs et employeurs. Voir les commentaires de l'APMP du 03 mars: Ce que nous ne voulons plus - ce que nous voulons.

2. L'indépendance du médecin souvent évoquée est effectivement absolument indispensable, mais rajoutons qu'elle n'a de sens que par rapport au but d'efficacité de la prévention en santé au travail; cette efficacité elle-même est intimement liée à la possibilité d'entrer en synergie avec les autres acteurs que sont les inspecteurs du travail et les inspecteurs de la CRAM eux-mêmes libérés de leur enclavement et parfaitement légitimés dans leur mission en particulier pour une indispensable coercition: c'est le coeur de l'authentique pluridisciplinarité qui doit bien évidemment être complétée par toutes les autres compétences.

3. Supprimer la notion médicale d'aptitude au poste. Voir les commentaires de l'APMP du 04 février: décret 2001-97.

4. Il faudrait instaurer un véritable principe d'égalité devant le Droit dans notre société en mettant fin à la trop grande impunité des employeurs sur les mauvaises conditions de travail.C'est la stricte volonté de l'APMP.

5. Il est essentiel que la Démocratie ne s'arrête plus à la porte des entreprises.

Concernant:

- le souhait d'une démocratie dans l'entreprise, passant par le renforcement de la représentation du personnel;

- un renforcement des pouvoirs réels des CHSCT;

- l'extension de l'obligation légale de constituer un CHSCT;

Si sur le fond, bien évidemment, nous ne pouvons y être hostiles, nous émettons néanmoins les plus vives réserves quant à la forme, tout au moins en l'état actuel des forces, en place.

Nous estimons pour notre part, que la qualité, l'objectivité et le courage de cet article dans son ensemble, mérite que nous revenions sur ces dernières propositions dès notre prochain éditorial.

Dernière proposition de ce collectif de médecins:

"Il n'est donc plus temps d'aller remesurer l'ampleur du désastre ! Il faudrait passer à l'Action de transformation sans plus tarder !"

Merci de nous conforter dans notre point de vue, car IL FAUT EFFECTIVEMENT "AGIR". Amis Médecins, vous pouvez compter sur la participation active de l'APMP.

Si vous souhaitez lire l'intégralité de cet article:cliquer içi