IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

LES FONTAINES DE NETTOYAGE...

DITES BIOLOGIQUES

LE PRINCIPE DE PRECAUTION DOIT S'IMPOSER

 

Conscients des problèmes liés à l'utilisation des fontaines avec des solvants, certains fournisseurs ont mis sur le marché des fontaines avec des produits qu'ils appellent "bio".

Pourquoi pas... L'intérêt étant quand même de lutter contre les problèmes liés à l'utilisation des fontaines de nettoyage tels que nous les avons décrits dans notre dernier éditorial.

Ceci étant la présentation commerciale qui en est faite ne peut être satisfaisantecar,au même titre que, depuis plusieurs décennies un nouveau solvant est présenté par son fournisseur comme un produit "miracle", ces fontaines utilisant des bactéries, sont présentées comme étant sans danger; en quelque sorte "le procédé miracle".

Nous nous garderons bien de donner le moindre crédit à ce type d'arguments.

En effet, si ces bactéries peuvent, à l'état de mise en service, être considérées comme sans danger, qu'en est-il de leur mutation, possible et probable à partir du moment où elles ont à "manger et digérer" des produits dont certains sont réputés: cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.

Nous ne pouvons imaginer une bactérie ne pas muter au contact d'un produit mutagène par exemple, alors même, que nos organismes beaucoup plus évolués, eux mutent.Les solvants ne sont pas les seuls produits chimiques à pouvoir être CMR car il en est en effet de même des graisses, huiles... c'est-à-dire des souillures dont nous faisions mention dans notre éditoriel du 07 février: "les produits chimiques".

Il faut savoir que:

La médecine du travail a déjà retrouvé des micro-organismes "dangereux" dans ces produits, dont:

- Le PSEUDOMONAS AERUGINOZA

- L'ACENITOBACTER HAUMANNI

Pour votre parfaite information, d'autres éléments pathogènes, en plus de "pseudomonas aeruginoza" et "acenitobacter haumanni" viennent d'être récemment découverts dans les bains usés de ces fontaines.

PSEUDOMONAS AERUGINOZA - Définition:

Bacille pyocyanique. En culture, en milieu liquide (ce qui est donc le cas dans ces fontaines de nettoyage), il développe un voile bleu en surface (bacille du pus bleu) et émet une odeur caractéristique. Il produit des protéases responsables de la nécrose des tissus, des hémolysines, une cytotoxine, une exotoxine "A" très toxique, une exoenzyme "S", deux pigments (pyocyanine et pyoverdine). Il est très virulent chez les sujets immuno-déprimés, causant la surinfection des plaies, ainsi que des infections oculaires graves (ulcère de la cornée, fonte de l'oeil), des septicémies à très haute mortalité. Il est résistant à beaucoup d'antibiotiques.

ACENITOBACTER HAUMANNI - Définition:

Diplobacille immobile, non sporulé, parfois muni d'une capsule à gram -, aérobie strict (qui vit et se développe au contact de l'air), cultivé sur milieux ordinaires. De la famille provisoire des NESSERIACEAE, ce genre réunit douze espèces génomiques, ayant pour "habitat" l'eau et le sol. Ce sont des germes pathogènes opportunistes, d'importance croissante. La plupart des infections provoquées par ACENITOBACTER HAUMANNI surviennent sur des sujets à défenses immunitaires diminuées, en provoquant des infections diverses.

Il faut noter qu'il y a dans les graisses et les huiles, compte tenu de leurs caractéristiques, (voir notre remarque ci-dessus sur le caractère de dangerosité des souillures) des "BIOCIDES" afin de tuer et donc de supprimer toute présence et tout développement de bactéries.

BIOCIDES - Définition:

Se dit d'un effet physique ou d'une substance chimique capable de supprimer la vie. Ils sont beaucoup plus puissants que les antibiotiques.

Les bactéries utilsées peuvent développer des résistances contre ces biocides et transférer par voie plasmidique, ces résistances à d'autres bactéries pathogènes.

PLASMIDIQUE - Définition:

Par voie sexuée, ou encore de bouche à bouche. S'agissant de bactéries, c'est donc une image.

D'autre part, il a été constaté que certaines bactéries antérieurement réputées non pathogènes, sont aujourd'hui reconnues pathogènes. Même principe qu'un solvant réputé non CMR, qui tôt ou tard le devient compte tenu des avancées de la science.

De nombreux médecins du travail nous ont précisé qu'actuellement sur le marché du travail,il y a (entre autres) beaucoup de travailleurs porteurs du VIH ou sous médicaments réduisant leur immunité et sont donc en danger dans le cadre de l'utilisation de ces fontaines ayant recours à ce type de bactéries.

LE PRINCIPE DE PRECAUTION DOIT OBLIGATOIREMENT ETRE RESPECTE.

AU MEME TITRE QUE LES SOLVANTS, CES FONTAINES NE DOIVENT EN AUCUN CAS POUVOIR PERMETTRE LE CONTACT TANT PAR VOIE DERMIQUE QUE PAR INHALATION ENTRE L'OPERATEUR ET LES BACTERIES.

Aujourd'hui, en l'état, c'est exactement l'inverse qui se produit. Ces bactéries étant utilisées dans de l'eau (en général chauffée vers les 40°C), les pièces dégraissées ne sèchent pas rapidement. (C'est bien connu, l'eau n'est pas volatile). Soumis aux contraintes de production de services, toujours plus importantes,les utilisateurs ontrecours, pour gagner du temps sur le séchage, à la soufflette d'air comprimé, fabriquant ainsi un brouillard d'eau et de bactéries dans l'air qu'il respire. Et il ne faut surtout pas en douter, il respire ces bactéries.

Dernière remarque. Personne ne semble être choqué de devoir changer de temps en temps l'eau du bain contenant les bactéries et bien sûr les proliférations bactériennes issues de ces eaux usées ne sont pas contrôlées lorsqu'elles sont rejetées dans les réseaux (égoûts). Où allons-nous...