IMG.jpg

Découvrez le livre du Président de L'APMP qui s'intitule "Les vraies raisons du déficit de la Sécurité sociale".

Il porte à votre connaissance tout ce que vous cachent "impunément":

- la classe politique dans son entièreté

- l'administration et autres organismes publics et...

- les syndicats.

L'auteur a tenu à informer ses lecteurs des agissements qui détruisent notre système de santé.

Pour l'acquérir, vous pouvez en passer commande à l'APMP. Aucune obligation d'adhérer.

pdfbon de commande livre

LES FONTAINES DE NETTOYAGE... AVEC DES SOLVANTS

 

 

Nous sommes dans le cas de figure le plus défavorable pour tous ceux qui utilisent les solvants.

CONCERNANT LA SANTE DES UTILISATEURS:

L'absorption se fait par inhalation ET par voie dermique et ily a donc cumul des dangers ! (voir notre éditorial du lundi 11 février: "Un peu de médecine").

Sur le plan absorption par voie dermique:

C'est vrai que pour ce type de nettoyage, le port des gants est obligatoire. Néanmoins leur durée de vie est toujours limitée(au-delà de cette durée de vie, les gants deviennent perméablesaux produits, quels qu'ils soient). Or, la gestion de cette durée de vie n'est pas assurée.

De plus,lapénétration accidentelle d'un produit chimique entre le gant et la peau démultiplie dans des proportions considérables, les effets du produit utilisé, sur la peau de l'opérateur. Si les gants sont effectivement nécessaires, ils ne sauraient être suffisants; à eux seuls ils ne peuvent apporter aucune garantie.

Sur le plan absorption par inhalation:

1. Le port d'un simple masque ne saurait en aucun cas éviter l'inhalation des vapeurs de solvant (qui sont par définition: des gaz). Ces masques ne sauraient être étanches.

2. La présence d'une hotte d'aspiration ne fait en réalité qu'aggraver la situation. En effet, il faut savoir que les vapeurs de solvants sont plus lourdes que l'air. Positionner une hotte d'aspiration au-dessus d'une fontaine est un contre-sens; outre le fait que celà active l'évaporation du solvant, outre le fait que la hotte ne peut aspirer l'entièreté des vapeurs de solvant, ne serait-ce que par effet de vortex, il faut aussi tenir compte du fait qu'entre la source d'émanations des vapeurs (la fontaine) et la hotte, il y a le visage de l'opérateur quiinhale à souhait les vapeurs partant de la fontaine pour être aspirées par la hotte.

CONCERNANT LA SECURITE DES UTILISATEURS: Au-delà des problèmes de santé, dûs à l'utilisation de ces fontaines, il y a aussi les problèmes de sécurité.

Les solvants, sauf les chlorés (trichloroéthylène, perchloroéthylène, chlorure de méthylène...) qu'ilest criminel de faire utiliser dans des fontaines de nettoyage, sont tous plus ou moins inflammables,ou facilement inflammables,voire même explosifs.

Les risques d'incendie et/ou d'explosion ne sont pas neutres; ils ne sont pas rares non plus. Pour bien le comprendre, il suffit de prendre conscience que la quantité de solvant alimentant une fontaine correspond à la quantité d'essence (qui est une coupe hydrocarbure elle aussi) dans le réservoir d'une voiture, quand la fontaine est équipée d'un tonnelet (environ 50 litres) et la quantité de 4 réservoirs de voitures quand la fontaine est équipée d'un fût (toujours de 200 litres).

Nous n'avons aucun mal à imaginer les conséquencesde l'inflammation ou de l'explosiond'un emballage de solvant sur les utilisateurs.

Pour l'information de cesutilisateurs de fontaines:

Un solvant est doté d'une température de point d'éclair, obligatoirement indiquée sur le tonnelet ou le fût.

S'il est indiqué un "point d'éclair" de 32°C par exemple, celà signifie que la température de 32°C est la température à partir de laquelleles vapeurs du solvant, au contact d'une flamme et/ou d'une étincelle, s'enflamment.

Cette température est facilement atteinte l'étédans les ateliers. Elle est aussi facilement atteinte lorsquel'emballage de solvant est stocké au soleil. De plus les sources de flammes ou d'étincelles ne manquent pas dans un atelier; dans de nombreux cas, près d'une fontaine de nettoyage se trouvent des postes à souder ou des postes à meuler, par exemple donc présence d'étincelles et projections d'éléments incandescents.

REMARQUE IMPORTANTE. Ce genre de sinistre peut être provoqué même en l'absence complète de flamme ou d'étincelle; il s'agit alors des phénomènes d'électricité statique. La seule solution pour éviter un tel risque consiste à relier le tonnelet ou le fût de solvant " à la terre" (électriquement parlant). Or, ce type de fontaines n'est jamais relié à la terre.

CONCERNANT LA PROTECTION E L'ENVIRONNEMENT:

L'Europe consomme chaque année, plusieurs millions de tonnes de solvants, dont 80%sont"offerts" à notre Environnement. Ces produits sont, ne l'oublions, pas des composés organo-volatils, responsables par exemple de la formation d'ozone troposphérique.

L'utilisation de ces produits chimiques, en fontaines ouvertes, participe pour une part non négligeable à cette atteinte de l'Environnement.

CONCLUSION:

Il faut proscrire l'utilisation des fontaines de nettoyage et avoir recours notamment à des machines fermées, type "boîtes à gants", privilégiant ainsi le travail en "système clos", conformément aux réglementations en vigueur(décrets 2001-97 et 2003-1254).Voir aussila fiche pratique de sécurité ED 48 sur: http://www.inrs.fr (rubrique mots-clés, et taper ED 48; il vous suffira de télécharger le document).

Définition du système clos selon l'INRS: (encore appelé: vase clos).

C'est un système autorisant le confinement maximal des substances utilisées. Ainsi tout contact entre les opérateurs et les produits concernés peut être évité. Le système peut être défini comme clos lorsque toutes les opérations du procédé respectent ce confinement total: transfert/transport des produits, production, purification,nettoyage et entretien, échantillonnage, analyse, épuration/élimination des déchets, stockage...

Concrètement, celà peut donc se traduire notamment par une mécanisation du procédé, une adaptation ou automatisation de certaines tâches: transfert de produits par voie mécanique ou pneumatique, prise d'échantillon mécanisée, lavage des cuves sans ouverture...

Néanmoins, nous ne validerons pas la remarque de l'INRS qui précise:" il faut être particulièrement vigilant pour tout ce qui concerne les opérations de maintenance de tels systèmes au cours desquelles ils peuvent être ouverts et donner lieu à des expositions ".

En effet, si des expositions sont possibles, alors ce ne sont plus des systèmes clos. Pour autant, il existe des systèmes où les expositions sont impossibles y compris pendant les opérations de maintenance du système même, ce qui n'est bien évidemment pas le cas des fontaines dotées d'une simple fermeture par couvercle, ne garantissant donc aucune étanchéité et aucune solution en soi.